Exemples de postes

Fotolia_32038550_XSChef de projet

Au sein d’une entreprise utilisatrice ou d’une SSII un chef de projet est un authentique chef d’orchestre : chargé d’animer une équipe plus ou moins
importante, il est responsable au quotidien de l’avancement d’un projet et donc de la satisfaction de son client.

 

Mener un projet à son terme

L’intervention d’un chef de projet commence dés la phase d’étude : elle va lui permettre de déterminer le temps nécessaire à la réalisation du projet, le budget qu’il faut lui affecter ainsi que la composition et l’organisation de l’équipe de développement. Une fois le projet en route, le chef de projet coordonne le travail des différents intervenants, adaptant le planning en fonction de l’avancement. Au quotidien, il est l’interlocuteur principal du commanditaire : s’il travaille dans une entreprise utilisatrice, Il s’agit d’une direction, d’un ou de plusieurs services. S’il travaille dans une SSII, il travaille sur une mission donnée pour le compte d’une entreprise cliente. Dans tous les cas, il n’y a qu’un objectif : terminer le projet dans les délais sans avoir dépassé le budget, le tout en ayant répondu aux attentes du client ! Ensuite, il participe à la mise en place, procédant si nécessaire à des améliorations.

Etre organisé, savoir manager

En plus de solides connaissances techniques, ce poste demande de la rigueur, de la méthode et une excellente organisation. Indispensable aussi, d’excellentes qualités relationnelles ainsi que la capacité à encadrer et à motiver son équipe.

Un avenir ouvert

Quelques années dans cette fonction offrent des possibilités d’évolution étendues : un chef de projet peut se voir confier des projets de plus en plus importants, de plus en plus complexes. Mais il peut aussi choisir de devenir directeur de projet, Ingénieur d’affaires, consultant, voire expert… Le choix est vaste !

 

Ingénieur systèmes et réseaux

Travaillant dans une entreprise utilisatrice ou au fin d’une SSII, un ingénieur système est responsable de l’implantation de matériels, de logiciels ou de périphériques nouveaux.

Intégrer les évolutions du système

La mission principale d’un ingénieur système consiste à mettre en place des systèmes d’exploitation, des réseaux et des logiciels de base puis d’en assurer la maintenance. Avec l’ouverture grandissante des systèmes vers l’extérieur et le développement d’outils de CRM ou de SCM, l’ingénieur système a vu sa mission prendre un relief nouveau dans la mesure où il doit gérer l’hétérogénéité des systèmes. L’ingénieur système doit aussi assurer une veille technologique permanente afin d’anticiper les grandes évolutions des systèmes et des réseaux et, dans le même but, entretenir des relations régulières avec les constructeurs et les éditeurs de logiciels.

Rigueur – bon relationnel

En plus d’une bonne compréhension du fonctionnement de l’entreprise, ce métier demande de la rigueur et de la méthode. Il requiert aussi un bon relationnel et des capacités d’adaptation.

Vers l’architecture ou le conseil

Après quelques années d’expérience, un ingénieur système peut se diriger vers un poste d’architecte système ou de consultant, vers la qualité et la sécurité, ou encore vers une DSI.

 

Connectors in socketsAdministrateur de réseaux

Les réseaux sont de plus en plus nombreux, toujours plus complexes, interconnectés et ouverts sur l’extérieur. Le rôle de l’administrateur consiste à gérer un réseau pour permettre un fonctionnement optimal.

Gérer un réseau et le faire évoluer

Lorsque le réseau est déjà installé et en fonctionnement, l’administrateur est chargé de garantir un accès permanent et une qualité de service constante. Au quotidien, il assure le suivi du réseau : il définit des procédures et les fait connaitre aux utilisateurs, gère les mots de passe, prend en charge le suivi des sauvegardes et résout les éventuels Incidents qui peuvent survenir. Au-delà, il anticipe les évolutions technologiques et peut aussi être chargé d’intégrer de nouveaux outils et de concevoir des extensions. S’il travaille dans une SSII, l’administrateur est également amené à intervenir dés la conception du réseau du client. Il participe alors à l’analyse des besoins du client qu’il formalise avant de participer à la réalisation du réseau.

A l’écoute des utilisateurs

Ce poste demande des capacités d’écoute indispensables pour cerner les attentes des utilisateurs, mais aussi une certaine force de persuasion. Il implique aussi de la rigueur, de la méthode et de bonnes facultés d’adaptation. Sang-froid et réactivité constituent aussi des atouts, notamment lorsqu’il faut faire face à des incidents ou des pannes.
Evolution naturelle pour le technicien réseau, ce type de poste, qui demande une bonne connaissance des différents environnements informatiques, peut être proposé à des diplômés en informatique disposant de quelques années d’expérience dans le domaine de l’exploitation ou du support.

 

Ingénieur avant-vente

L’ingénieur avant-vente est chargé d’apporter un appui technique aux ingénieurs commerciaux pour les aider lors de la négociation des contrats.

Concevoir la réponse technique la plus adaptée

La fonction d’ingénieur avant-vente est présente chez les constructeurs informatiques, les opérateurs de télécommunications, les éditeurs de logiciel et les SSII. Lors de la négociation d’un contrat, le rôle de cet ingénieur consiste à épauler un ingénieur commercial dans l’élaboration de sa proposition. Il doit analyser les besoins du client puis concevoir la solution technique la plus adaptée en étroite collaboration avec les services techniques. Il assiste ensuite l’ingénieur commercial lors des différentes phases de la négociation. Parfois, la mission d’un ingénieur technico-commercial va au-delà de cette phase préalable : il peut en effet superviser le démarrage de la réalisation du projet, suivre le développement jusqu’à son terme.

Etre réactif et avoir un bon relationnel

Cette fonction demande de la réactivité, des capacités d’adaptation ainsi que des qualités rédactionnelles. Il faut aussi avoir un bon sens relationnel et apprécier le travail en équipe.

Un niveau requis variable

Le niveau requis pour occuper cette fonction est varié, aussi varié que le niveau de complexité des produits et des services. Les entreprises recrutent donc des jeunes diplômés d’écoles d’ingénieur mais aussi des cadres expérimentés, voire des experts techniques.

 

cooperationArchitecte de système d’information

Garant de la conception et de l’évolution du système d’information, cet architecte doit s’adapter en permanence aux innovations technologiques.

De l’analyse de l’existant à la réalisation du système

Analyser le système existant, comprendre les attentes des utilisateurs, les traduire en solution Informatique puis participer à la réalisation du nouveau système, telles sont les principales étapes de l’activité d’un architecte de système d’information. Le cœur de sa mission, très technique, consiste à modéliser et à décomposer le système, ce qui lui permet de faire ensuite des choix en matière de matériel, de logiciels ou de progiciels. Il élabore ensuite un plan de développement ou d’intégration qu’il transmet au chef de projet. C’est sur cette base que vont travailler les développeurs et les intégrateurs.

Méthode, rigueur et adaptation

Impliquant une vision synthétique et globale des systèmes d’Information, cette fonction requiert aussi une excellente connaissance du fonctionnement de l’entreprise, de ses métiers et de ses flux. Elle demande aussi de la rigueur, de la méthode ainsi que de bonnes capacités à s’adapter aux évolutions rapides.

Devenir expert ou consultant

Une expérience à ce type de poste permet traditionnellement d’évoluer dans deux directions, soit vers l’expertise, soit vers le conseil.

Imaginer des systèmes flexibles

Les systèmes d’Information sont hétérogènes et de plus en plus complexes : les applications se renouvellent sans cesse, notamment dans le domaine des réseaux et des télécoms.
Désormais, c’est donc sur sa capacité à imaginer un système évolutif et flexible que l’on juge un architecte de système d’Information.